Centre d’excellence des professions culinaires

« Les apprenants du Ceproc manifestent un réel désir de remédier à la situation des stéréotypes, encore prégnants dans leur milieu professionnel »

Engagé dans la lutte pour l’égalité des chances, le Ceproc œuvre main dans la main avec les pouvoirs publics sur ce sujet. Il a accueilli, en 2020-2021, deux jeunes ambassadrices des droits pour l’égalité (JADE), Leïla Lopes et Coraline Benoit, dans le cadre d’un dispositif de sensibilisation au droit de la non-discrimination et à la promotion de l’égalité sous l’égide du Défenseur des Droits. Elles dressent un bilan très positif de leur action auprès des apprenants.

 

Pouvez-vous récapituler l’action conduite auprès de nos apprenants tout au long de cette année ?

Coraline Benoit (CB) – Nous avons rencontré près de 400 apprenants dans le cadre de petits ateliers d’une dizaine d’apprenants. Plus propices aux échanges et aux interactions, ces formats restreints contribuent à lever les freins à la prise de parole et favoriser ainsi une expression plus libre.

Leïla Lopes (LL) – Le fait de rencontrer ces groupes à deux reprises a véritablement créé un climat de confiance qui a permis aux apprenants de se livrer plus facilement car, à l’évidence, la question des discriminations demeure un sujet très sensible, empreint de nombreux tabous.

Quelles thématiques avez-vous privilégiées ?

CB – Nous avons abordé toutes les questions relatives aux discriminations sans distinguo tout en axant notre propos autour des sujets en lien avec leur quotidien : le racisme, le sexisme dans la vie professionnelle, le logement, l’égalité...

Quelles ont été les réactions des apprenants sur l’ensemble de ces sujets ?

LL –  Affichant une ouverture d'esprit, les apprenants se sont montrés très intéressés par les sujets évoqués. Nous avons ressenti chez eux un réel désir de remédier à la situation des stéréotypes qui demeurent, selon eux, prégnants dans leur milieu professionnel. Cependant, l’homosexualité reste encore taboue, certains apprenants éprouvant un manque de compréhension s’agissant de cette question.

A partir de quels supports avez-vous animé vos interventions ?

CC – Nous avons privilégié une approche multi-supports, alternant des présentations projetées, des jeux de rôle, des quizz vidéo… Il est très important de diversifier les outils pédagogiques pour capter l’attention des apprenants et les aider s’imprégner des sujets abordés. 

LL –  Au-delà du fond et des sujets mis à l’honneur, nos interventions ont tenu lieu aussi de séances de coaching, permettant aux jeunes de se confronter à la difficulté d’une prise de  parole en public. Ce sont des aspects que nous avons abordés avec eux autant que faire ce peut. Notons que le fait que nous appartenions à la même génération que vos apprenants a été, de toute évidence, un facteur désinhibant.

Comment s’est déroulée votre intégration au sein des équipes du Ceproc ?

LL – Les formateurs ainsi que l’ensemble personnels encadrants se sont montrés très à l’écoute et bienveillants à notre égard, ce qui a rendu nos interventions d'autant plus agréables. Les équipes du Ceproc sont très investies dans la réussite des apprenants. Cela est frappant.

CC et LL – Nous tenions à remercier la direction du Ceproc pour tous les égards de sympathie dont elle a fait preuve tout au long de nos interventions.

« Les apprenants du Ceproc manifestent un réel désir de remédier à la situation des stéréotypes, encore prégnants dans leur milieu professionnel »