« Le CAP pâtissier adulte me permet de maîtriser les bases de la pâtisserie française »

INTERVIEW DE THIERRY GUERCHET, ETUDIANT EN CAP PATISSIER ADULTE

Etudiant en CAP adulte, Thierry Guerchet relate sa reconversion professionnelle en pâtisserie après une longue carrière dans la publicité et la communication, en France et à l’international.

 

Quel a été votre parcours professionnel avant d’avoir intégré le CAP adulte pâtissier ?

Après une quinzaine d’années dans la publicité et la communication, ponctuées d’un long séjour en Australie, je souhaite à présent donner une nouvelle impulsion à ma vie professionnelle. J’aspire à d’avantage d’authenticité et souhaite me tourner vers une profession de passion, plus au prise avec le savoir-faire artisanal, la matière première, les produits. De par l’envergure de son patrimoine culinaire et l’importance de sa dimension esthétique, la pâtisserie est le métier le plus en adéquation avec mes attentes.

Pourquoi avez-vous choisi le Ceproc ?

Le Ceproc m’a été recommandé par un étudiant de pâtisserie des promotions adulte antérieures. Son témoignage élogieux et les informations que j’ai recueillies sur le site internetde l’établissement m’ont conforté dans mon choix.

Quels sont les apports de cette formation ?

Cette formation me permet de maîtriser les bases de la pâtisserie française. Je tiens tout particulièrement à saluer mon formateur de pâtisserie Jean-Philippe Duchesne pour la qualité de son enseignement. C’est un très bon pédagogue. J’apprécie, personnellement, sa méthode d’enseignement.

Comment envisagez-vous votre avenir professionnel à l’issue de cette formation ?

Je sais comment commercialiser un produit au regard de mon expérience professionnelle dans le marketing. Il me reste maintenant à étoffer les compétences professionnelles pâtissières acquises tout au long du CAP pour prétendre devenir un professionnel accompli. C’est la condition sine qua non avant de concrétiser quel que projet professionnel que ce soit, même si j’ai une certaine idée de ce que je veux faire. Fort de mon background professionnel en Australie, c’est à n’en point douter à l’international que j’irai mettre en pratique mon savoir-faire. Car, on ne le répétera jamais suffisamment, la gastronomie française jouit d’un capital prestige considérable partout dans le monde.

Propos recueillis par le service de communication du Ceproc

« Le CAP pâtissier adulte me permet de maîtriser les bases de la pâtisserie française »