« Tout en étudiant, l’apprentissage permet d’avoir un pied dans l’entreprise »

Interview d’Adam LUCAS MJAHED, apprenti en terminale baccalauréat professionnel boulangerie pâtisserie

Après une seconde dans l’enseignement générale où je m’interroge sur mon avenir, je décide de m’orienter vers la pâtisserie. Désireux de concrétiser un rêve d’enfance et motivé par le stage de fin de 3ème  qui m’a conforté dans mon choix, j’intègre le Ceproc en 2015. Inscrit en baccalauréat professionnel boulangerie-pâtisserie, je poursuis, en parallèle, un CAP pâtisserie que je décroche à l’issue de la première année.  

 

Pourquoi le choix de l’apprentissage ?

Parce qu’il est articulé autour de l’alternance. Tout en étudiant, ce système d’enseignement permet d’avoir un pied dans l’entreprise, connaître les exigences du monde du travail, travailler en équipe en acquérant simultanément de l’autonomie. A ce propos, je conseille aux jeunes qui font le choix de l’apprentissage de commencer dans de petites entreprises de quartier ou de village. Opter pour des maisons de renom en début de cursus, notamment lorsque l’on a quinze ou seize ans c’est avoir à gérer la pression au quotidien. Or, il est important d’être accompagné pour avancer pas à pas dans son apprentissage et ne pas sauter les étapes, au risque de décrocher. 

Parlez-nous de votre formation proprement dite.

Au Ceproc, nous prenons le temps de voir et d’approfondir ce que nous abordons parfois très rapidement en entreprise. Les formateurs s’investissent et donnent beaucoup de leur personne et de leur temps pour nous intéresser et nous passionner. Lorsque j’ai postulé à la rentrée 2017 au concours national des MAF pâtissier, j’ai reçu une préparation de mes formateurs de pratique, parallèlement à celle de mon maître d’apprentissage David Boudet de la pâtisserie Colbert à Sceaux. Bien qu’ayant terminé à la deuxième place de la demi-finale régionale, une position qui ne donne pas accès à la finale, je me réjouis de tous les enseignements de cette épreuve. Au-delà des aspects professionnels, des nouvelles connaissances techniques acquises, je retiens avant tout l’aventure humaine et, en tout premier lieu, les valeurs d’humilité et de fair-play que j’en ai tiré.

Comment envisagez-vous votre avenir professionnel ?

Je compte encore me former. Après l’obtention de mon baccalauréat, j’envisage d’approfondir mes connaissances autant en théorie qu’en pratique en poursuivant un brevet de technicien des métiers (BTM) en pâtisserie. A l’issue de mon cursus, je vais continuer à apprendre en étoffant mon expérience professionnelle dans diverses maisons, au contact de différents chefs, de diverses influences, à différents postes comme le tour, la chocolaterie et autres… J’envisage également de passer des concours.

 

 « Tout en étudiant, l’apprentissage permet d’avoir un pied dans l’entreprise »